héraldisme, heraldisme, héraldique, heraldique, art, science, blason symboles, ecu, armoiries blasons, armoiries blason, armoiries, blasons
Accueil guide de l'héraldique Produits offerts Armoriaux Dessins contact liens



. FIGURES NATURELLES ET ARTIFICIELLES
. REGLES DE L'HÉRALDIQUE - Exceptions
. BLASONNEMENT
. FIGURATION DES ARMOIRIES
. CONCLUSION
 
 
7/11

FIGURES NATURELLES ET ARTIFICIELLES

Certains déclarent que dans ce chapitre nous quittons la science stricte de l'Héraldique pour entrer dans une étude purement archéologique, donc moins rigoureusement astreinte aux règles de cet art.
Les armes primitives montraient quelques emblèmes simples : fleurdelys (nous prenons l'orthographe ancienne, comme dans de nombreux armoriaux), besants, étoiles, croissants, etc... ou quelques animaux sommairement représentés : aigles, lions ou léopards. La multiplication des écus à dessiner mit dans l'obligation les hérauts d'armes d'accepter d'autres éléments : figures humaines, animaux divers, astres, armes de combat, voire même les objets les plus insolites et les plus compliqués.

Les XVIIIe et XIXe siècles ont été particulièrement créatifs dans ce domaine.

En compulsant les armoriaux provinciaux mis à votre disposition, vous constaterez la très grande diversité de leur appellation.

En principe les blasons simples devraient être les plus anciens, mais ce n'est pas toujours le cas, certains ayant repris des armes par alliances, ou n'ayant pas hésité à rechercher la pureté d'écus plus anciens. Il faut noter également qu'en 1696, lors de l'établissement de l'Armorial Général d'Hozier, les blasons dits mécaniques ont été donnés d'office. Ils sont assez succincts.

Assez rarement ces dessins témoignent d'un haut fait, et si les seize alérions des Montmorency ont été ajoutés sur leur écu, parce ce qu'un des leurs avait apporté aux pieds de Philippe-Auguste seize étendards pris aux impériaux, tous les blasons qui représentent des besants ne sont pas le témoignage de la présence d'une famille aux croisades.